Je suis en retard. Terriblement en retard. Je peux invoquer plein d’excuses : la formation qui me prend une énergie folle, les choses a faire à coté dont la liste s’allonge de jours en jours, la grippe aussi dont je me remet doucement. M’enfin, le voici, il est la, le premier compte rendu de l’année. Sans surprise, peu de lectures pour tout autant de bonnes raisons. Cependant ce fut de la lecture de qualité ! 

Les lames du Cardinal de Pierre PevelLecture - Les lames de cardinal - tome 1 - Pierre Pevel

Paris, an de grâce 1633. Louis XIII règne sur la France et Richelieu la gouverne. Le Cardinal, l’une des personnalités les plus puissantes et les plus menacées de son temps, doit sans cesse regarder des ennemis de la Couronne. L’espionnage, l’assassinat, la guerre, tout est bon tour parvenir à leurs fins… et même la sorcellerie, qui est l’œuvre des plus fourbes adversaires du royaume : les dragons ! Ces redoutables créatures surgies de la nuit des temps ont en effet survécu et se dissimulent parmi les humains, ourdissant de sombres complots pour la reconquête du pouvoir. Déjà la cour d’Espagne est tombée entre leurs griffes… Alors, en cette nuit de printemps, Richelieu décide de jouer sa carte maîtresse. Il reçoit en secret un bretteur exceptionnel, un officier dévoué que la trahison et le déshonneur n’ont pourtant pas épargné : le capitaine La Fargue. Car l’heure est venue de reformer l’élite secrète qu’il commandait jadis, une compagnie d’aventuriers et de combattants hors du commun, rivalisant d’élégance, de courage et d’astuce, ne redoutant nul danger: les Lames du Cardinal !

J’avais lu le Paris des merveilles de cet auteur. J’avais adoré et on m’avait conseillé cette série. J’ai dévoré le début et la fin. Entre temps j’ai peiné à avancer. Je trouve l’idée très intéressante et je lirais la suite très bientôt. J’aime toujours ce mélange historique et féerique. Ici, la période n’est pas l’une de mes préférés mais j’apprécie le fait d’y ajouter des dragons. Dans ce premier tome, l’on croise des dragonnets comme sur l’illustration de couverture (avouez, on a tous rêve d’un petit dragon de compagnie) aux dragons au sang mêlé, ayant une apparence humaine. Ce sont bien sur ces derniers qui viennent perturber l’histoire. On reprend les bonnes vieilles querelles de l’histoire et on rajoute un peu de fantastique la dedans. Du coup pourquoi pas, même si les livres sur les mousquetaires ne m’ont jamais attirée jusque la. Cependant, j’ai eu du mal à ne pas confondre les personnages durant l’intégralité du livre. Le capitaine d’accord, l’élément féminin que je trouve bien trop cliché dans son genre aussi. Les autres j’ai eu du mal. Retenir les noms n’est pas l’un de mes points forts mais j’ai tout de même réussi à lire du J.R.R. Tolkien ou du G.R..R Martin alors je me dis que ce n’est pas forcément un problème d’habitude. 

Le style d’écriture est l’un de ceux que j’aime assez. Facile à lire sans trop sacrifier sur la qualité, chose que je reproche assez fréquemment ces derniers temps. C’est d’ailleurs pour ça que j’avais sorti ce livre de ma pile à lire. Le livre se termine sur un cliffhanger prévisible alors je vais sans doute acheter la suite d’ici pas trop longtemps.

 

 

Pour solde de tout compte d’Elizabeth GeorgeLecture - Pour solde de tout compte - Elizabeth George

En ce froid matin d’hiver, Elena Weaver s’élance pour ce qui sera sa dernière course à pied… Dans le petit monde de Cambridge, rien n’est jamais simple, encore moins un meurtre. Dépêchés par Scotland Yard, le comte Lynley et sa très caustique partenaire, Barbara Havers, vont mener l’enquête. Pour démasquer le coupable, les deux ennemis intimes devront démêler les fils de la vie de cette jeune étudiante sourde de Cambridge et déterrer les histoires les plus sordides…

J’étais persuadée d’avoir déjà lu un livre de cette autrice. J’ai cherché mais je n’ai pas retrouvé de traces de cette lecture. Peut être ai je déja eu envie de lire l’un de ses livres en fouinant dans une librairie ? En tout cas j’ai dévoré celui ci. Je n’ai pas su m’arrêter avant de connaître le fin mot de toute l’histoire. Un chapitre complet est dédié au personnage avant sa mort et clairement, on s’attache un peu à elle. Suffisamment pour regretter sa mort et se retrouver engagé dans l’enquête qui va suivre. Visiblement, il s’agirait d’une série d’enquête au vu des détails donnés sur les deux enquêteurs. Il est possible que j’en cherche d’autres du coup. Mais revenons à notre histoire. Elle est détaillée  et l’autrice a visiblement fait pas mal de recherches pour rendre le tout cohérent. C’est clairement ce qui m’a fait le lire aussi rapidement. les personnages sont réellement bien écris et je trouve leurs divers réactions très crédibles. Les lieux sont détaillés, le scénario bien ficelé bref j’ai vraiment beaucoup aimé. Pourtant, pour moi, il n’y a rien d’extraordinaire ou en tout cas qui ne devrait être fait par d’autres. Des recherches sur la psychologie, rendre un univers réel c’est pour moi la base du travail d’un bon auteur. C’est malheureusement ce que je trouve de moins en moins dans mes lectures. 

 

Conclusion

J’avais débuté une autre lecture que je n’ai pas terminé. Un livre sur Boudha d’Alexandra David Neel. Je ne l’ai pas terminé car le sujet est vitre compliqué et que je n’ai pas l’énergie nécessaire pour cela en ce moment. J’ai aussi lu quelques petites choses sur SCRUM, une méthode Agile étudiée en formation et que j’aime beaucoup. L’humain avant le reste, forcément cela me parle. Pour le mois de février cependant, je suis en train de relire La Belgariade, une grosse saga que j’aime beaucoup et qui me fait du bien de relire. Promis, j’essaye d’être à l’heure le mois prochain.  

Share This