J’avais dit qu’en août je n’achèterais aucun nouveau livre. Pari tenu ! Je ne suis pas sure de le réitérer en septembre. Je vais tout de même encore réduire cette fameuse pile à lire.

Pas mal de nouvelles lectures puisque ce sont  6 livres que j’ai dévoré. Je vous laisse découvrir les titres.

 

Alexandra David-Néel, passeur pour notre temps de Joëlle Désiré-Marchand 

En février 1924, Alexandra David-Néel pénétrait à Lhassa, au cœur du Tibet interdit, après une marche de quatre mois à travers de hautes montagnes puis des territoires non cartographiés que l’on croyait peuplés de cannibales. Accompagnée de son fils adoptif Aphur Yongden, elle vécut cette rude expérience en se faisant passer pour une Tibétaine, mendiant sa nourriture comme les pèlerins les plus pauvres du pays. Ce périple clandestin de 2 000 km, exploit sans précédent, la rendit célèbre dans le monde entier.

Cette voyageuse intrépide présente bien d’autres facettes, moins connues : anarchiste dans sa jeunesse, féministe, bouddhiste bien avant l’arrivée du bouddhisme en Europe, franc-maçonne, cantatrice, journaliste… Esprit libre et douée d’un beau talent d’écriture, elle laissa une œuvre sans cesse rééditée. Sa passion de l’Orient, dont elle fit connaître les coutumes et les religions, resta intacte jusqu’à sa mort à 101 ans.

Prêté par une amie et mon gros coup de cœur de ce mois. Je ne connaissais pas du tout Alexandra jusqu’à ouvrir ce livre. Quelle claque ! Quelle femme ! Elle a fait écho à pas mal de choses, de réflexions qui se bousculent dans ma tête. Il est sur que je vais ouvrir d’autres livres d’elle. Tout d’abord la correspondance avec son mari / ami. Une relation qui semble avoir tellement évoluée, le temps que chacun apprenne  à accepter l’autre tel qu’il est. J’ai réellement envie de lire leurs échanges. Son attrait du bouddhisme, en dehors du coté marketing est une chose que j’ai beaucoup apprécié également. C’est une chose que je trouve d’autant plus vrai aujourd’hui, ou l’on peut acheter des bouddhas « décoratifs » dans la jardinerie du coin. Les sujets qui l’intéressaient, elle les as étudié toute sa vie, ne faisant que ce qu’elle voulait. C’est réellement quelque chose qui me parle même si les voyages ne me passionnent pas comme ils ont pu le faire pour elle. En revanche, sa force de caractère, son obstination forcent l’admiration. Seule sa violence, décrite parfois dans le livre (envers son fils adoptif, ses serviteurs) me dérange. J’essaye de me dire que c’était une autre époque. Le livre narre vraiment l’intégralité de sa vie qui fut assez riche ( 101 ans tout de même) et passionnante. J’ai terriblement hâte d’en lire plus. J’ai cherché dans les quelques boutiques du coin et mis à part en commande ils ne sont pas disponibles. C’est dommage je trouve. J’ose espérer que d’autres la découvriront comme moi.

Scorpi (les 3 tomes) de Roxane d’Ambre

Par un de ces orages d’été dont Paris a le secret, la jeune Charlotte découvre un petit garçon blotti au pied de son immeuble, ses cheveux sombres dégoulinant, son T-shirt plaqué par la pluie. Charlotte, qui est la gentillesse même, lui propose de s’abriter chez elle
Là, l’enfant lui tient des propos ahurissants : ses parents et son grand frère sont des « créatures de l’ombre », des tueurs à gages aux pouvoirs surnaturels, baptisés les Scorpi. Lui-même, Élias,
est en apprentissage. Et sa phrase fétiche semble être : « Tu veux que je le tue ? » Charlotte n’en croit pas un mot, d’abord. Mais bientôt elle découvre dans son salon une version vingt-cinq ans d’Élias, un grand brun aux yeux bleu outremer. Adam, le frère aîné, vient d’entrer dans sa vie, et celle-ci va tourner à la cavalcade. Comment réagir quand on a vingt-trois ans, qu’on est seule et plutôt pacifique, et qu’on tombe amoureuse d’un tueur à gages qui n’est même pas humain ? Alors ? Prêts à suivre ceux qui marchent dans les ombres ?

Ceci est donc le résumé du premier tome. J’ai voulu tester, j’étais malade et avais besoin de quelque chose qui n’allait pas me prendre la tête. Premier bon point : je supporte beaucoup mieux l’héroïne. Deuxième bon point : j’aime beaucoup le personnage d’Elias que je trouve même attachant. L’univers me parle un peu plus que celui d’animae que j’avais terminé en mai. J’ai lu les trois tomes de la saga Scorpi en 36 heures. A peu près. Cela se lit donc facilement. Trop facilement justement. Enfin, à mon gout. Cela manque un peu d’épaisseur. Encore une fois, c’est mon jugement personnel et j’ai conscience de ne pas être le public visé. Je n’ai pas peu un seul instant pour les personnages, l’action me semble facile en fait. Je ne suis pas surprise et certaines mises en place m’ont carrément ennuyée (tout le début du tome 3 par exemple). J’admets cependant que l’écriture s’améliore par rapport à Animae.

Monnaie de sang de Patricia Cornwell

Kay Scarpetta s’apprête à célébrer son anniversaire à Miami en compagnie de son mari, Benton Wesley, quand elle remarque sept pennies alignés à son insu sur le mur derrière leur maison. À cet instant, un appel du détective Pete Marino l’informe qu’un professeur a été abattu non loin de chez elle. Le tireur a agi avec précision et personne n’a rien vu ni entendu. Il pourrait s’agir du tueur ayant déjà fait des victimes dans le New Jersey, mais rien ne permet encore de l’affirmer.
Kay soupçonne que le lien, s’il existe, se trouve sous ses yeux. Lorsque la menace se profile dans son entourage, il devient clair que quelqu’un cherche à la faire payer en monnaie de sang.

Encore dans une période de maladie, le livre traînait sur une table. J’ai voulu tester, le 4eme de couverture parlant de la reine du polar. Encore une série prise en plein milieu et il me manque clairement le début. Les personnages sont assez stéréotypés mais restent crédibles, le vocabulaire est assez technique ce qui ne me rebute pas, bien au contraire. Le début me plaisait assez bien même mais j’ai eu l’impression de me perdre sur la suite. Je n’ai pas l’habitude des livres écrits au présent par contre et cela m’a vraiment sortie de l’histoire par moment. Quelques uns des actions des personnages n’ont pas de cohérence. Le mari Benton Wesley cache des choses à sa femme qui pourrait l’aider dans son enquête ? Je n’ai pas réellement saisi ce qu’il venait faire au milieu d’ailleurs. La nièce me fait beaucoup trop penser à Lisbeth Salander de Millenium. Et j’ai beaucoup trop aimé cette saga pour souffrir une pale copie dans un autre polar. Je lis sur certaines pages que les premiers romans étaient meilleurs. A voir donc.

Phænomen d’Erik L’Homme

Claire, Violaine, Nicolas et Arthur sont quatre adolescents atteints d’étranges troubles du comportement. C’est pourquoi ils ont été confiés à la Clinique du Lac, spécialisée dans les cas désespérés. Mais dans cet établissement, seul le docteur Barthélémy s’intéresse à eux.
Aussi, lorsque celui-ci est enlevé par trois hommes sinistres, les adolescents décident de s’enfuir de la clinique et de partir à sa recherche. Ils vont alors découvrir que leur handicap, à force de courage et de volonté, peut se transformer en pouvoir hors du commun.

Ce livre est l’un des derniers achetés. Un de ceux qui m’ont fait de l’œil plusieurs fois dans la boutique. Autant vous dire qu’ils gagnent à chaque fois ceux la. Il est vrai que j’ai été un peu surprise. Le livre était dans la section Science Fiction, j’aurais donc du m’en douter mais à lire le résumé je ne m’attendais pas à de véritables pouvoirs. Cette intégrale est donc composée des trois livres de la saga. J’aime cette idée du double point de vue, celui des adultes et celui des personnages principaux. Les enfants ayant des pouvoirs sont en effets considérés comme compliqués voir fous par les adultes. Les trois tomes sont en réalité des quêtes aux trésors, ou l’on va d’indice en indice. Quelque chose d’assez classique dans sa forme mais qui fonctionne très bien ici. J’avoue même que je vais vérifier certaines choses puisque l’action du premier roman se déroule en France. Les quatre héros sont réellement attachants, chacun à leur manière. Je ne m’attendais pas à la fin et je ne sais toujours pas quoi en penser. Cette intégrale fut néanmoins une belle lecture.

 

Un mois d’août sous le signe de la lecture. Malheureusement pas que de bonnes surprise, un peu de boulimie de lecture je pense. J’ai avancé quelques autres lectures qui s’empilent sur ma table de chevet. Je les termine au gré de mes envies. Peut être les découvrirez vous le mois prochain 🙂

Share This