Juillet. Un mois avec un seul mot en toile de fond : déménagement. Enfin, il y a eu des travaux également. Du coup, pas mal de fatigue et peu de temps pour la lecture. La preuve, cet article a été préparé pour le 1er août et j’ai traîné à écrire mes différents avis. J’ai un boulot monstre en retard et très peu de motivation pour attaquer. J’avoue également que j’ignore où commencer tellement le retard me semble effarant. Cependant, j’ai réussi à terminer trois livres. Dont deux enlevés de ma pile de livres à lire (qui tient encore dans deux cartons …). Le défi ce mois étant de ne pas acheter  de nouveaux livres pour essayer de réduire un peu ce volume.

 

La Tour Sombre, Tome 1 : Le Pistolero de Stephen King

L’homme en noir fuyait à travers le désert et le pistolero le poursuivait… ».
Dernier aventurier d’une époque qui ressemble à la nôtre, Roland le Pistolero est poussé par une force inconnue. Au-delà de cette chasse à l’homme, ce qu’il cherche, c’est la Tour.
À la croisée des temps, lieu de rencontre de notre univers et d’autres mondes…Voilà vingt ans que dure cette poursuite.
Pour Roland, l’enjeu est maintenant de rattraper l’homme en noir. Lui seul — il l’a vu en rêve — peut l’éclairer sur son avenir.
Le sorcier doit tirer trois cartes qui vont lui ouvrir trois portes. Vers l’enfer ou le paradis ? Nul ne le sait encore.
En attendant, tous deux marchent. Hallucinés. Ne pouvant se soustraire l’un à l’autre.
Sous l’oeil vigilant du gardien de la Tour…

A noter que j’ai lu la version revisitée par l’auteur en 2003. N’ayant pas lu la précédente version j’ignore si cela aura eu un quelconque impact. J’avais envie de voir le film. Comme généralement les livres sont meilleurs je me suis procurée le premier de l’histoire. On m’a dit que ce tome ci était loin d’être le meilleur de la saga et c’est effectivement vrai. J’espère que les prochains seront un peu plus dynamiques. Les multiples retour en arrière imbriqués les uns dans les autres ne m’ont pas aidée et je n’ai ressenti aucune empathie pour le personnage principal dont je ne sais d’ailleurs que penser. Je me sens lâchée, dans un univers que je ne comprend pas et cette incompréhension persiste à la fin du premier tome.  Je vais lire le suivant parce que cette histoire de Tour a piqué ma curiosité et qu’on en apprend assez peu. En tout cas trop peu à mon gout. La bonne nouvelle cependant c’est que j’ai réussi à le lire en plusieurs fois, ce qui n’était pas le cas de ceux que j’ai lu adolescente. La peur et le malaise que le livre avait suscité m’avaient forcée à le finir dans la nuit. Depuis une bonne dizaine d’années je n’osais plus ouvrir un livre de cet auteur.

Un outrage mortel de Louise Penny

Quittant sa retraite de Three Pines, Armand Gamache accepte de reprendre du service à titre de commandant de l’école de police de la Sûreté. À cette occasion, Olivier lui offre une curiosité : une carte centenaire qui était emmurée dans la salle à manger du bistro du village. Il n’en faut pas plus pour mettre l’ancien enquêteur sur la piste d’un passé qu’il préférerait sans doute oublier. C’est alors qu’entrent en scène quatre étudiants de l’école de police et un professeur… découvert assassiné. Dans la table de nuit de la victime, une copie de la carte de Gamache fait peser de lourds soupçons sur ce dernier. D’autant que son comportement avec une recrue au profil inquiétant désarçonne tout le monde, y compris le fidèle Beauvoir. Le commandant a ses secrets, mais les outrages du passé ne sont-ils pas plus dangereux lorsqu’on veut les occulter ?

Je l’ai déjà évoqué. J’adore Louise Penny et son personnage Armand Gamache. Ceci est le 12 éme tome des aventure du détective qui n’en est plus un. Enfin … J’avais dit que j’écrirais plus longuement la dessus et je compte bien le faire. En tout cas ce tome est pour moi l’un des meilleurs. Vraiment. L’autrice arrive à nous faire sortir du village de Tree Pines où se passe généralement ses histoires sans vraiment le quitter. Le caractère bienveillant de Mr Gamache est une des choses que j’aime le plus. Ses personnages secondaires sont également attachants : Ruth bien entendu avec sa poésie cynique, Olivier et Gabri, Beauvoir et ses faiblesses. Louise Penny nous donne quelques questions dés le début et nous donne le choix : douter ou pas du héros que nous pensons connaitre ? A coté de cela, l’ambiance du village nous donne quelques moments de paix et d’humour qui contrebalance des passages bien plus sérieux sur le thème de la corruption. Le dosage entre les deux est parfait pour moi. Bref, un gros coup de cœur.

Les secrets de l’île de Viveca Sten

Une froide journée de septembre, l’étudiant Marcus Nielsen est retrouvé mort dans son appartement de Nacka. Tout semble indiquer un suicide. Mais sa mère, convaincue qu’il a été assassiné, supplie la police de ne pas classer l’affaire.
Quand l’inspecteur Thomas Andreasson commence à enquêter, les pistes semblent mener à la base militaire de Korsö, devant l’île de Sandhamn, où le corps d’un autre homme vient d’être retrouvé. Contactée par Thomas, Nora Linde, qui depuis sa séparation passe beaucoup de temps sur l’île, essaie d’en savoir plus sur cette base fortifiée où, pendant des décennies, ont été formées les unités d’élite des chasseurs côtiers. Y a-t-il dans ce passé-là quelque chose qui ne doit à aucun prix surgir au grand jour ?

Encore une enquête. D’une autrice suédoise, évidemment. C’est un genre que j’affectionne en ce moment. Visiblement une saga mais je n’ai lu aucun des tomes précédents. Je me suis donc sentie un peu perdue puisque les explications sont disséminées dans toute l’histoire sur le passé des personnages. L’écriture est similaire à celle de l’île du serment lu en mai. Des chapitres courts reprennent une histoire antérieure qui nous aide dans l’enquête racontée. C’est un concept qui fonctionne bien avec moi, j’ai l’impression de suivre deux histoires à la fois. Ou presque. Sinon, l’histoire reste assez classique mais reste plaisante à lire. Je regarderais peut être pour reprendre la saga du début même si je n’ai pas eu d’accroche spéciale avec les personnages.

 

En août, j’essaye de me reposer, pour de vrai, il est donc possible que je passe un peu de temps avec un livre au bord d’une piscine. Le problème étant la place que prennent les livres dans le sac. Heureusement j’ai ma liseuse, qu’il faut d’ailleurs que je remplisse. Je l’ai déjà dit mais je veux absolument me remettre à la couture et au dessin. J’espère arriver a reprendre un planning à la rentrée. Je vous dis à très bientôt !

 

Share This